Littérature & société N° 34       Été 2019
Le dossier de littérature étrangère est consacré, dans ce numéro, aux Écrivains francophones de Belgique. Avec un recueil de plus de trente textes inédits, tant de prose que de poésie, Yves Namur nous offre un panorama représentatif d’une littérature plus vivante que jamais, marquée de longue date par le surréalisme, le fantastique, l’ironie et l’autodérision, les pratiques d’écriture innovantes.
 
Didier Daeninckx a accepté de se prêter à notre “Hors cadre”, avec plusieurs inédits et une interview, complétés par un article critique et une bibliographie. Nul doute que cet auteur populaire (à tous les bons sens du terme), connu en particulier pour la qualité de ses “polars”, est tout simplement un grand écrivain. Son œuvre, important et divers, est à découvrir (ou redécouvrir) d’urgence, tant pour le plaisir du récit et du suspense que pour les enquêtes historiques et la critique sociale dont sont porteurs ses romans et ses nouvelles.
 
Enfin le dossier thématique est consacré à nos frères étranges, les animaux, une thématique sur laquelle ont accepté de se pencher une quinzaine d’auteurs, sous des angles très différents. Les gravures de F.Lacaille qui illustrent une édition des Fables de Florian (livre de distribution des prix du XIXe siècle) en accompagnent et rythment la lecture.
Éditorial Sommaire
ÉCRIVAINS FRANCOPHONES DE BELGIQUE
Dossier dirigé par Yves Namur
 
Yves Namur : Ceci n’est pas une pipe
Anne Rothschild : Au pays des Osmanthus
Béatrice Libert : Abracadabrants
Geneviève Damas : Duras en quinze minutes
Jean-Pierre Verheggen : Deux poèmes
Jean Claude Bologne : Le dit de l’olivier
Guy Goffette : Deux poèmes
Laurent Demoulin : Héritage Héros Éternité
Philippe Mathy : Quatre poèmes    
Nicolas Marchal : Les faux Simenon    
Jacques Vandenschrick : Pour apaiser Laban
Corinne Hoex : La serre
Éric Brogniet : Rose noire
Philippe Lekeuche : Deux poèmes
Luc Dellisse : Du papier et du sang
Françoise Lison-Leroy : Ce mouvement ruisselant
Harry Szpilmann : Nébuleuse
Carl Norac : Quatre poèmes
Nathalie Skowronek : Ennemis intérieurs
Werner Lambersy : Hypnos Thanatos Eros
Nicolas Grégoire : Tête pressée
Lucien Noullez : Tout peut commencer à trembler
Jean-Baptiste Baronian : Compte d’auteur
Nicole Malinconi : Sans paroles
Véronique Daine : Amoureusement la gueule
Otto Ganz : Le fumnambule
Jean-Marie Corbusier : Quatre poèmes
Serge Núñez Tolin : Les promesses informulées
Paul Emond : Neuf têtes dans le miroir
Karel Logist : Cinq poèmes
Caroline Lamarche : Dans le trou noir du temps
Véronique Bergen : Lumière
François Emmanuel : Colony
Véronique Wautier : Petits tambours sur les pierres
Jacques De Decker : L’ironie, cette éminence grise                                
 
HORS CADRE : DIDIER DAENINCKX
Dossier dirigé par Jérôme Vérain
Jérôme Vérain : Le polar au service de l’Histoire
Didier Daeninckx : La piquette de l’oncle Jean
Jérôme Vérain : Entretien avec Didier Daeninckx
Didier Daeninckx : La grande échappée
Josiane Peltier : Didier Daeninckx et Michel de Certeau
                           Une historiographie des affects
Didier Daeninckx : Lettre aux libraires
Bibliographie
 
LES ANIMAUX
Dossier dirigé par Jean Guiloineau
Jean Guiloineau : La Fontaine et Florian
Jean-Pierre Claris de Florian : Deux fables
Françoise Clédat : L’infini pouvoir de mise à mort
Marie-Claudette Kirpalani : Le veilleur
Louis-Jean Calvet : Les lapins du mur
Pierre Weibel : La renarde
Zakaria Tamer : L’invasion de sauterelles
François Salvaing : Adar et les grues cendrées
Laurent Vignat : Écologie punitive
Maîtreyabandhu : Trois poèmes
Mohamed Magani : Quand passent les âmes errantes
Frédéric Jacques Temple : Tendre couleuvre
Cécile Oumhani : Le cardinal rouge
Jean Guiloineau : Six antifables
 
CHRONIQUES
En r’venant de l’expo
Jean-Marie Chevrier : Affabulation
 
Paroles gelées
Jérôme Vérain : Faire sens
 
Passants du siècle
Roberto Ferrucci : Épuiser les lieux (6)
Marc Kober : Au moins dix-huit trous de mémoire bruxellois
Écrivains francophones de Belgique 

Didier Daeninckx

Les animaux





Illustrations : les Fables de Florian
Les fables de Jean-Pierre Claris de Florian (1755- 1794) sont les seules œuvres dont on a gardé (un peu) la mémoire. Ses morales valent pourtant celles de La Fontaine, et s’inscrivent dans la même tradition littéraire qui se veut de bon sens et de modestie.
En écho au dossier sur « Les animaux », ce numéro de Siècle 21 reproduit quelques œuvres d’un des innombrables graveurs qui les ont illustrées, tout spécialement dans les livres de Prix remis aux écoliers méritants, sous la Troisième République : en l’occurrence, F. Lacaille.