Littérature & société N° 32       Été 2018                             Disponible en librairie  : septembre 2018
Le dossier de littérature étrangère de ce numéro est consacré aux écrivains de l’Île Maurice : J.M.G.Le Clézio et Édouard Maunick, évidemment, mais aussi Sedley Assonne, Daniella Bastien, Ananda Devi, Jean Fanchette, Yusuf Kadel, Brigitte Masson, Shenaz Patel, Barlen Pyamootoo, Amal Sewtohul, entre autres.
Un univers littéraire frappé du sceau de la qualité et de la rareté. Une dimension de la francophonie sur la route des épices. Cette île est un continent littéraire, à découvrir d’urgence.
 
Arno Bertina, né en 1975, fait l’objet de notre “hors cadre”. Il est l’auteur d’une quinzaine de livres, parmi lesquels figurent Anima motrix (2006) et Des châteaux qui brûlent (2017). Il défend, avec une énergie communicative, la littérature, lorsque celle-ci se saisit du monde dans toute sa complexité. La gravité des situations abordées dans ses romans, qui font directement écho à un contexte actuel – qu’il s’agisse du manque d’hospitalité de l’Europe vis-à-vis des réfugiés ou des dégradations des conditions de travail à l’ère du marché mondialisé  – est toujours contrebalancée par la légèreté, la joie étant brandie avec panache comme la seule arme crédible dans un monde corseté par ses dogmes et son esprit de sérieux.
 
Le dossier thématique, enfin, réunit des textes inédits autour de l’insolence: en ce printemps où l’on commémore les cinquante ans de mai 68, il nous a paru opportun de célébrer le refus des règles contraignantes et des habitudes trop faciles, l’affirmation de la liberté contre toutes les convenances et toutes les hypocrisies. Comme un reste d’enfance et de jeunesse…
Éditorial Sommaire
ÉCRIVAINS CONTEMPORAINS DE L’ÎLE MAURICE
Dossier préparé par Catherine Servan-Schreiber et Tirthankar Chanda
Catherine Servan-Schreiber : Les enfants d’Édouard
Julie Peghini : Le tour de l’île
J.-M. G. Le Clézio : La langue française est peut-être mon véritable pays
Édouard J. Maunick : Deux poèmes
Sedley Assonne : Édouard
Jean Fanchette : L’effacement
Vinod Rughoonundun : Terre teranga
Ananda Devi : Déluges
Brigitte Masson : Paris    
Barlen Pyamootoo : Whitman
Gilbert Ahnee : Julienne
Gillian Geneviève : En attendant la nuit, je me souviens
Shenaz Patel : Les arbres roses neigeant sur ses épaules
Amal Sewtohul : Antinous
Carl de Souza : L’année des cyclones
Aqiil Gopee : Des libellules
Sylvestre Le Bon : Le rapport du ciel triste
Daniella Bastien : Trois poèmes
Marek Ahnee : La langue des paille-en-queue
Sedley Assonne : L’homme invisible
Yusuf Kadel : Oh
Églantine Gauthier : Le geste dansé du séga
Caroline Déodat : Quand l’image devient orale                                
 
HORS CADRE : ARNO BERTINA
Dossier préparé par Aurélie Adler
Aurélie Adler : Portrait de l’écrivain en homme-oreille
Stéphane Bikialo : Une révolution est si vite arrivée
Laurent Demanze : Politiques de Don Quichotte
Anne Roche :  Ceci n’est pas un tract
Bibliographie
 
L’INSOLENCE
Dossier coordonné par Gabrielle Althen et Marie-Claudette Kirpalani
Gabrielle Althen : De l’insolence
Laure Cambau : L’homme armé d’un fruit rouge
Jérôme Vérain : L’insolence n’est plus ce qu’elle était
Jean-Luc Despax : L’insolence de la langue
Luis Mizon : Microdrame
Ruben Greenberg : Le goût du pouvoir
Jovan Zivlak : La mémoire
Frédéric Tison : L’insolence du poème
Marie-Claudette Kirpalani : Insolences
Gérard Cartier : A Sarà düra!
Linda Maria Baros : Le grand collectionneur d’obscurité vaginale
Nathalie Quintin-Riou : embrasser sappho
Michal Witkowski : Margot
Christophe Dauphin : Les oracles de l’ouzo
Jean Guiloineau : Azur et verdure insolents
 
CHRONIQUES
En r’venant de l’expo
Jean-Marie Chevrier : Lettre à Monsieur Akitoshi Yamada
 
Paroles gelées
Jérôme Vérain : Anti-système
 
Passants du siècle
Jean Guiloineau : Les immigrés
Roberto Ferrucci : Épuiser les lieux (4)
Christiane Baroche : Transports
Leïla Sebbar,
Dominique Le Boucher : Chroniques de notre quartier
Michal Witkowski : Caméra
Écrivains contemporains 
de l’Île Maurice 

Arno Bertina

L’insolence

Illustrations : Akitoshi Yamada
Akitoshi Yamada, né au Japon en 1952, vit en France depuis 1984. Il s’est établi dans un petit village du Perche en compagnie de son épouse Michiko, artiste peintre elle aussi. Ses œuvres sont empreintes d'une grande sérénité, avec des lignes et des couleurs épurées. Il travaille l’opposition ombre-lumière dans des paysages urbains aux lignes rigoureuses, quasi géométriques. Les ciels sont bleu dur et les bâtiments ocre rose, ombrés de brun. Dans des décors vides, un panneau de signalisation, une fillette poussant un cerceau ou sautant à la corde sont les seuls signes de vie.